Ressources humaines

Le droit à la déconnexion ? Encore difficile à appliquer

Le 24 Juillet 2019

Le droit à la déconnexion ? Encore difficile à appliquer
Nous sommes en plein cœur de la période estivale, et pour beaucoup, cela signifie vacances, farniente et bronzage. Pourtant, entre deux tête dans la piscine, environ 1/3 des actifs se connectera à sa messagerie professionnelle. Et cela malgré l’instauration du droit à la déconnexion en 2017. Alors deux ans après, où en sommes-nous ?

 

  • Le droit à la déconnexion, qu’est-ce que c’est ?

Le droit à la déconnexion doit fixer de nouvelles règles pour garantir l’effectivité du droit en termes de temps de travail, de temps de repos et de santé. Il permet aussi de préserver la vie privée des collaborateurs.

En effet, avec les nouvelles technologies en matière de communication, les frontières entre la vie privée et la vie professionnelle sont de plus en plus floues et parfois même transparentes. C’est ce qu’on appelle le « blurring ».

Pour tenter d’endiguer ce phénomène, le droit à la déconnexion est devenu un thème de négociation supplémentaire dans la négociation obligatoire sur l’égalité entre les femmes et les hommes et la qualité de vie au travail. Ces discussions doivent ainsi permettre d‘encadrer l’utilisation des nouvelles technologies de communication et des outils numériques au sein de l’entreprise.

Selon l’article du code du travail L.2242-8, les salariés, le personnel d’encadrement et le personnel de direction sont tous concernés par ce droit à la déconnexion.

 

  • Et en pratique ?

Presque 2/3 des cadres et managers travaillent le soir et utilisent leurs outils numériques professionnels le week-end. Ils sont 1/3 à culpabiliser de se déconnecter le soir ou le week-end. Aujourd’hui, seulement 16% des grandes entreprises ont déjà instauré des règles de déconnexion et 23% ont rédigé une charte de bonnes pratiques (selon une enquête OpinionWay en 2018).

Les nouvelles technologies sont aujourd’hui responsables d’une intensification de la charge de travail, alors même que les heures supplémentaires passées hors du travail ne sont pas reconnues, ni comptabilisées. Au cumul, ses heures peuvent dépasser les limites horaires imposées par la loi. Mais il faut faire attention à ne pas mettre en place un système trop restrictif, qui pourrait nuire au bon fonctionnement de l’entreprise ou à l’autonomie des collaborateurs.

En tout cas, il est toujours tant d’accepter de se déconnecter pour profiter de ce bel été !

Articles qui peuvent également vous intéresser :

Cooptation : transformez vos collaborateurs en chasseurs de tête !
Ressources humaines  

Cooptation : transformez vos collaborateurs en chasseurs de tête !

Le Le 06 Mai 2019

Depuis plusieurs années, et surtout dans les pays anglo-saxons, la cooptation prend une place de plus en plus importante dans le processus de recrutement des entreprises. Basé sur la recommandation...

Lire la suite
Fini le CE, bienvenu au CSE !
Ressources humaines  

Fini le CE, bienvenu au CSE !

Le Le 17 Avril 2019

La représentation du personnel, telle qu’on la connaît, va bientôt tirer sa révérence et laisser place au comité social et économique (CSE). Actuellement en période de transition jusqu’au 1e janvier...

Lire la suite
Le management bienveillant : un management de proximité
Organisation  

Le management bienveillant : un management de proximité

Le Le 25 Février 2019

En favorisant le bien-être au travail tout en permettant des gains de productivité pour l’entreprise, le management bienveillant s’impose de plus en plus comme le management recherché par les collaborateurs....

Lire la suite